Faire des économies de bouffe en 10 leçons

Publié le par Poulattitude

Edité le 30/03/2015

 

Après mes 5 leçons pour acheter moins cher sur le net, je m’attaque aux courses moins chères.

Parce que, quand je vois des collègues tourner à 600€ de courses par mois à 4, mes enfants ont beau être petits et peu voraces, avec mes 250€ en moyenne, je me dis qu’il y a anguille sous roche.

 

1. Toujours comparer les prix au kilo.

En vous fixant vos préférences, évidemment : vous n’êtes pas obligés d’acheter toujours le moins cher du moins cher. Vous pouvez vouloir plutôt telle marque, plutôt pas du discount, plutôt du bio… (manger moins cher ne veut pas forcément dire manger mal) et comparer quand même !

Les grosses quantités sont souvent plus avantageuses (à condition, évidemment, de tout manger avant la DLC… ou à congeler avant) MAIS parfois ce n’est pas le cas.

N’hésitez pas à vous baisser si vous voulez du pas cher : il a tendance à être tout en bas (mais je suppose que chacun le sait.)

 

2. Renifler les promos. Et continuer à comparer les prix au kilo.

Les promos sont parfois très intéressantes dans les supermarchés. De quoi faire quelques réserves de Pom’potes, gâteaux, voire de remplir le congélo.

Mais restez méfiants !

 

3. Prendre toutes les cartes de fidélité (si le portefeuille est trop plein, pensez à l’appli FidMe sur le téléphone) car de plus en plus de magasins font des promos sous la forme d’un cagnottage sur la carte.

Et penser aux cartes cadeaux.

Evidemment, une carte Auchan de 30€ coûte 30€. Donc vous allez me dire : où est l’économie ?

En effet, pas mal de Comités d’Entreprise proposent des cartes cadeaux à moins cher (28€ au lieu de 30€ par exemple), ce qui permet des économies non négligeables à la longue.

Si, comme moi, vous êtes toujours abonnés à France Loisirs, l’adhésion à France Loisirs Plus (5€ par mois grosso-modo) vous permet la même chose. Je paie 28€50 mes cartes cadeaux de 30€ chez Carrefour ou Auchan.

NB : France Loisirs Plus rembourse 25% de vos sorties au resto, dans la limite de 60€ par an. 5€x12 mois = 60€ . L’adhésion est donc aisément remboursée.

 

4. Utiliser les possibilités de test gratuits ou à prix réduit : Shopmium (partout) ou MonAvisLeRendGratuit (chez Carrefour)

Le second était bien galère à utiliser autrefois, car il fallait imprimer tous les bons, mais à présent une appli est dispo (par contre, il faut être connecté au web pour pouvoir présenter les bons à la caisse.)

 

5. Aller au marché et se renseigner sur les AMAP (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne)

 

Comme je compte me mettre au bio, je commence par les fruits et légumes, et le bio est bien moins cher sur le marché (et sans ces emballages tous pourris par 4 pommes ou 5 bananes !)

 

Les AMAP sont un peu plus contraignantes, il faut en effet aller chercher un panier toutes les semaines dans un endroit dédié. Pour moi, c’est compliqué avec mon boulot, mais j’ai une collègue qui me prend un panier bio de temps en temps dans une petite structure du Perche.

Ça permet du bio à moindre coût et j’apprends à cuisiner des légumes que je n’aurais jamais achetés ;)

 

6. Faire ses yaourts et crèmes dessert soi-même

J’ai une yaourtière mais c’est possible aussi de faire les yaourts sans, dans son four. Suffit de quelques minutes de préparation, d’une nuit d’attente et de quelques minutes de rangement.

Sinon, j’ai une recette de crème au chocolat assez fastoche (super fastoche en fait, quand tu ne la laisses pas cramer) qui est une tuerie. Promis je vais partager ;)

Et pour le riz au lait ou la semoule, il n’y a rien de plus simple. Ça prend vraiment peu de temps (si moi j’y arrive, tu peux le faire !)

Quand on voit le prix des crèmes dessert au goût comparable (la Laitière par exemple), les économies sont rapides !

 

7. Cuisiner

Il est évident qu’à moins de prendre des plats préparés discount et dégueu, préparer soi-même ses petits plats est plus économique. Mais bon, je suis la première à manquer de temps et à vénérer les purées toutes faites, les cordons-bleus et les pizzas de mon congélo… Tout dépend donc évidemment de votre emploi du temps.

 

8. Manger les restes (ou ne pas faire de restes)

Forcément, jeter de la nourriture ne fait pas faire d’économies.

Alors, si, comme moi, vous ne savez pas ne pas faire de restes, il y a deux solutions : soit les recuisiner (sous la forme de quiches, poêlées, etc… ou puddings), soit les mettre dans votre gamelle pour le boulot ;)

 

9. Ne pas avoir peur des DLUO (Date Limite d’Utilisation Optimale) : tous les produits secs (biscuits, riz, pâtes etc…) sont consommables bien après cette date, qui a surtout une fonction légale et/ou commerciale (et qui est d'ailleurs remise en question.)

Vous pouvez toujours avoir peur des DLC par contre (Date Limite de Consommation) : il va de soi que manger de la viande ou du poisson périmé peut être très grave. Pour les yaourts ou fromages, par contre, il y a un peu de marge.

Cependant, les supermarchés bradent la viande 1 ou 2 jours avant la DLC, et rien ne vous empêche alors de la consommer ou de la congeler.

 

10. Jardiner et avoir des poules

Ce n’est pas donné à tout le monde : il faut du terrain et du travail. Cependant, même sur un balcon ou un bord de fenêtre, on peut avoir deux-trois herbes aromatiques, tomates cerises et fraises.

Avec mes 5 pieds de tomates et mes 10 fraisiers, j’avoue ne pas avoir pu sustenter la famille tout l’été, mais c’est déjà ça !

Faire des économies de bouffe en 10 leçons

Publié dans Radine... moi

Commenter cet article

Fr@nk 30/03/2015 11:40

Effectivement ... je fais pareil !

poulattitude 30/03/2015 11:45

super ! sauf les poules ? ;)
merci pour ton passage, du coup tu m'as donné envie de faire une petite mise à jour :)