Otospongiose - concerto en ré mineur

Publié le par Poulattitude

Prélude 
Loin de moi l'idée de me plaindre dans ce post. Ce concerto en ré mineur est dédié à toutes les personnes qui seront intéressées par un témoignage sur l'otospongiose. Je préfère souvent me taire, mais à la veille de mon opération,  j'ai été si soulagée de trouver ce petit blog, à mille lieues des commentaires sur Doctissimo - comprenez par là : stress, flippe et bétises à gogo -,  que j'ai décidé de partager moi aussi mon témoignage.

 

Et l'oreille gauche se fit la malle - pianissimo allegretto

Je ne saurais dire quand cela a commencé. Il y a un an, un an et demi, peut être? Ma collègue face à mon bureau est arrivée,  je lui faisais souvent répéter et elle m'a fait comprendre que j'entendais moyennement bien. Ou plutôt moyennement mal (tout dépend de votre camp : verre à moitié vide ou verre à moitié plein, gros-boutiste ou petit-boutiste.)
L'otospongiose étant liée aux fluctuations hormonales, les pics ont souvent lieu pendant les grossesses... or à ce moment là,  j'avais deux bambins de 2 et 4 ans. La grande logique des choses.


Et puis, je n'entendais plus le haricot brailler la nuit, ce qui, en soi, aurait pu être un avantage si son père ne m'avait pas tirée de mon sommeil chaque nuit en braillant encore plus fort.


Il y a quelques mois, j'ai définitivement arrêté de téléphoner avec l'oreille gauche,  et c'était pas faute d'avoir mis le volume du combiné à fond. Tout l'open space avait suivi la conversation,  sauf moi.
Ensuite, il arriva une petite boulette avec ma chef car j'avais compris de travers ce qu'elle m'avait dit au bout du fil. Instant de solitude. Silence.


J'ai vite compris que dormir sur l'oreille droite me permettait de couper court à tout ronflement.  Ok, Monsieur Poulattitude,  tu ne ronfles pas, mais bon ta respiration parfois forte a le même impact sur mon sommeil léger.


Diagnostic - Allegretto pianissimo.

Je me suis enfin retrouvée en vacances pré-chômage et j'en ai profité pour prendre rendez-vous avec l'ORL (parmi tous les autres médecins que j'avais laissés en pause depuis mon dernier congé maternité. La joie de travailler sans RTT. Mais comment faisait-on AVANT ?)

"Otospongiose gauche. On opère."
Prestissimo Forte.

Je ne félicite pas toujours les médecins pour leur grande aptitude à la communication. Bon, dans mon cas, je m'y étais préparée mentalement.  Disons que Monsieur Poulattitude a une sacrée obsession pour les oreilles. Et que mon arrière-mère-grand (celle du petit pot de beurre) était aussi sourde que son petit pot. Saleté de génétique.
En vrai,  j'espérais aussi secrètement avoir un bouchon de "cire humaine " (si, si, je vous assure, on peut en faire des bougies.) Raté. Mes osselets ont déconné.

Pour me remonter le moral, je pense à Beethoven. Sauf que moi, je suis nulle en musique ;)

 

Fin du concerto.

On range les instruments. 
La prochaine fois, je vous raconte l'opération  (si vous êtes sages et quand j'aurai fini de vomir mon souper. )

Publié dans otospongiose

Commenter cet article

Fr@nk 06/05/2015 19:01

Même si je n'entends pas le loulou pleurer la nuit (ce n'est le cas que entre minuit et 4h du matin, car je dors profondement) je dois bien avoir certains symptômes ... je sais que je suis un peu "dur de la feuille", mais je mets ca sur le compte des acouphènes !

La question de Florence Batmax est pertinente ... quel résultat attends tu de l’opération ?.

poulattitude 06/05/2015 19:44

les acouphènes sont d'ailleurs liée à cette maladie (et sûrement à d'autres), ça ne fait pas de mal de prendre rdv chez l'orl ;) réponse chez Florence ;)

Florence Batmax 03/05/2015 16:59

Bon courage ! Fille d'un père plutôt sourd assez jeune (mais rien n'a jamais été diagnostiqué) je me doute que cela doit être très handicapant. Et après l'opération, tu récupères une partie ou la totalité de ton audition ?

poulattitude 06/05/2015 19:43

ben écoute... test auditif dans un mois, donc je verrai à ce moment là ! mais je pense avoir bien récupéré :)
une oreille, c'est beaucoup moins handicapant, j'ai réussi à compenser pas mal avec l'autre