Du "pas assez" au "trop"

Publié le par Poulattitude

Notre addiction aux réseaux sociaux fait que l'on élargit le cercle des connaissances et des discussions. C'est pas un mal, en tous cas pour moi, parce que sinon, le cercle des gens que je fréquente en vrai est vraiment petit-petit.

Ca nous permet de nous confronter à des situations ou des points de vue auxquels nous n'aurions pas pensé, je parle notamment du "TROP". Je fréquente beaucoup le monde des blogueurs parentaux, bien que je ne m'y retrouve qu'à moitié, et c'est pourquoi ces "TROP" sont souvent appliqués à la marmaille.



Mon enfant est SURdoué. Il s'ennuie à l'école, il apprend TROP vite, il retient TROP facilement.

Mon enfant grandit TROP vite. A 6 mois il parle, à 9 mois il marche, à 2 ans il lit... Où est passé mon bébé ?

Mon enfant est TROP grand. A 3 ans, il met du 10 ans. Il sert de tête de Turc à la maîtresse car il dépasse tout le monde de 3 têtes.

Mon enfant voit TROP bien, entend TROP bien, ça le gêne, ça l'empêche de se concentrer.



Evidemment, je le conçois, le TROP a aussi ses points négatifs. Mais bizarrement, on voit un peu moins sur le web des gens qui revendiquent un enfant :

  • qui a des difficultés à l'école. Sauf une fois qu'il a un diagnostic (dysgraphie, dyslexie, dysorthographie, dyspraxie...), comme si, d'un coup, il avait une légitimité à avoir du mal à l'école. Attention, je ne mets pas en doute ces diagnostics, bien au contraire, je voudrais juste dire qu'il n'y a pas de honte à avoir, ça a toujours existé, les moins bons, les cancres, les mauvais, ceux qui essaient mais n'y arrivent pas. C'est pas grave, il ne faut pas lâcher et découvrir là où ils sont bons, ce qui les passionne et leur fait oublier toute galère écolière (c'est facile à dire, hein !)
  • qui n'évolue pas dans les normes. On ose un peu plus dire que son bébé a marché à 18 ou 23 mois, quelques années plus tard, quand on en rit. On a du mal à dire que son petit ne sort pas un mot quand on lit que ceux des copines maîtrisent déjà le subjonctif imparfait. On ne dit pas que la Princesse a besoin qu'on l'aide car, à l'école, elle ne retenait pas du tout les chiffres appris avec la maîtresse. On n'ose pas, car on se sent jugé, c'est toujours plus facile de dire que ton enfant souffre d'être "TROP" car tu lui as donné des gènes "TROP" bien et que tu l'as "TROP" bien éduqué. Toute défaillance par rapport à la fameuse courbe d'apprentissage nous fait nous sentir mauvais parents, et pourtant... c'est pas toujours bien grave, hein ?
  • qui est petit. Même si tout ce qui est petit est mignon, on se souviendra toujours de nos années d'école où l'on adulait le plus grand, le plus fort, et celle qui avait les seins qui poussent en premier (définitivement PAS moi ;) ). C'est pas facile non plus, d'être petit. Mais que veux-tu, quand Tyrion Lannister épouse Mimie Mathy, ils risquent peu d'enfanter d'un petit Michael Jordan ;)
  • qui ne voit pas terrible ou n'entend pas au top. Sans aller jusqu'au véritable handicap (une surdité sévère ou profonde, un problème de vue grave non corrigible), on peut être daltonien, myope, hypermétrope, astigmate, avoir un strabisme ou un appareil auditif, et bien le vivre. Sans en faire une montagne, on a le droit d'en parler, mais c'est ça le défaut du web : soit cela n'apparaît pas (parce que c'est "pas bien" ou que les parents se sentent coupables quelque part), soit cela devient le problème n°1 mondial (horreur, enfer, damnation : mon enfant porte des lunettes.) Non, sérieux : keep calm and carry on !

Je sais que, si votre enfant n'est pas parfait, vous préférez évidemment qu'il soit "TROP" que "PAS ASSEZ", c'est plus raccord évidemment avec ce concours du bébé le plus parfait, qui tient place chaque jour sur le web.

MAIS, sivouplè, pensez aux autres et exprimez votre "TROP" avec un peu plus d'humilité si vous le pouvez. Non, parce que, au delà d'être petit ou grand, de parler à 3 mois ou 3 ans, il y a aussi ceux qui ne parlent ni ne marchent à 6 ans, et font la fierté de leurs parents.

 

Je pense notamment à Jeanne, qui fête ses 6 ans aujourd'hui.

Bon anniversaire, Jeanne !

Jeanne, qui, pas à pas, réussit à se mouvoir de mieux en mieux. Jeanne qui fait la surprise à sa maman de grimper sur le canapé quand elle a le dos tourné. Jeanne, une petite poupée qui va grandir, grâce à l'amour de ses parents et de son frère et à son envie d'y arriver, mais doucement, pas à pas...

 

upload

Publié dans Réflexions

Commenter cet article

Fr@nk 20/06/2015 15:13

C'est sûr que c'est souvent l'escalade entre les parents ! Je suis en phase avec toi ...
On rentre pas dans ces "jeux", sauf quand des parents sont vraiment TROP, ce qui nous agacent profondément :(
Mais faut dire qu'on traine pas sur les blogs parentaux :)

Agoaye 19/06/2015 19:48

L'une des principales sources de notre mal-être latent (à nous tous), c'est d'adorer les comparaisons... Et d'en faire tout un tas même de façon inconsciente.
J'essaye de me dégager de ça au maximum (mais ok, je ne suis pas maman).

En tous cas un super article !

Poulattitude 19/06/2015 19:52

Tout à fait! Ah le cerveau humain est décidément bien compliqué ;)

Helene G 19/06/2015 18:51

Merci pour ce superbe article. Je me sens moins mauvaise maman d'un coup.

Poulattitude 19/06/2015 19:52

Rooo bah non tu es une maman au top ;)

Pasquetti 19/06/2015 18:04

tu as tellement raison ! Je pense aussi à Louise !
Très bel article

Poulattitude 19/06/2015 18:19

Merci pour ton passage :)
Contente de ne pas être la seule à penser comme ça :)