Quand Poulattitude interviewe Poulpstory ...

Publié le par Poulattitude

Un jour, je reçus sur mon blog un message d'une dénommée Poulpstory. Drôle de nom, n'est-ce pas ? Je cliquai sur le lien de son blog, un blog dédié à la "slow life", encore quelque chose d'intrigant ... Un blog que j'ai continué à regarder, de temps en temps, car j'accrochais beaucoup à ces aspirations de vie plus en accord avec soi-même et avec l'environnement.

Jusqu'au jour où j'ai compris que je la connaissais "en vrai", cette Poulpstory :) et que c'était ni plus ni moins qu'une camarade de promo qui, à l'autre bout de la France, vivait elle-aussi une reconversion totale, après avoir bossé 7 ans comme ingénieur.

Une véritable "re-rencontre" (y compris en chair et en os !) comme on ne l'imaginait pas, et c'est avec un grand plaisir que je vous la présente aujourd'hui.

Quand Poulattitude interviewe Poulpstory ...

Qui est PoulpStory ?

Voilà une question existentielle comme je les aime ! Dans mon langage, PoulpStory signifie l’histoire du poulpe. Ou en bon français, les pérégrinations du Poulpe. Terme que j’utilise fréquemment dans mon univers. Mais au moment d’ouvrir mon blog, je me suis dis que ca pouvait faire fuir les gens. Du coup, PoulpStory c’est ludique et ça ne veut rien dire de prime abord. Ca agit un peu comme un appât. Et paf ! Vous voilà dans l’antre du Poulpe !

Poulpy, c’est moi. Le poulpe, c’est mon totem. Depuis l’adolescence, ma crinière jamais coiffée s’est vue comparée à une salade de tentacules. L’idée m’a plu. Avoir autant de bras, c’est comme avoir l’autorisation de toucher à tout, tant dans les domaines artistique, sportif que professionnel. Cela m’autorise à rester curieuse, à ne pas avoir peur. J’aime cette idée de liberté. Et puis, les poulpes vivent dans la mer… comme j’aime la plongée, je ne pouvais que succomber.

 

Comment en es-tu arrivée à écrire un blog ?

Depuis petite, j’ai toujours aimé écrire. Pour moi, c’est une porte grande ouverte vers les rêves et une clé de la créativité. Enfant j’écrivais des poèmes. En alexandrins. Ado, j’inventais des histoires, je m’essayais aux nouvelles. J’ai grandis, je suis partie faire des études. Et loin de mes proches, j’avais tellement de nouvelles choses à raconter que je leur ai créé un blog. C’était l’époque de MSN. C’est vieux tout ça n’est-ce pas ? ;)

Puis je suis devenue ingénieure, j’ai cru que pour être adulte, il fallait être rationnel. Alors je me suis enfermée dans une boite. Pour oublier, j’en ai créé d’autres. J’avais un métier. Je vivais des choses formidables, mais je ne pouvais plus les retranscrire. Plus rien ne voulais sortir. J’avais perdu la clé. La machine était bloquée.

Un jour, avec une amie lors d’un festival d’arts de rues, nous sommes rentrées dans un restaurant à poèmes. Entrée, plat, dessert, nous nous sommes délectées du menu complet. Et un petit dernier pour le goûter. Une fois rentrée chez moi, je n’arrivais pas à redescendre de mon nuage. Les mots m’avaient touchés. Je venais de comprendre enfin le pouvoir de l’écriture. Pour combattre mes maux, pour libérer ceux des autres, pour créer ensemble une bulle à partager hors du temps.

Quelques jours plus tard, PoulpStory était lancé. Comme un bar où s’abreuver, un bistrot de quartier où se retrouver. Tout simplement.

 

La slowlife, c’est quoi pour toi ?

J’ai découvert le terme « slowlife » au moment où j’écrivais mes premiers articles pour PoulpStory. En français, cela signifie lenteur. Ce qui à notre époque n’est pas très flatteur. Je préfère le terme italien « tempo gusto ». Le temps juste.

Mon interprétation est que chaque action, chaque émotion, chaque être vivant possède un tempo qui lui est propre. Pour moi, la slowlife c’est accepter de vivre uniquement avec la mesure et la prise en compte de ce tempo. De le respecter. De se respecter. Et de ne plus accepter d’être l’esclave de la vitesse, cette pandémie des temps modernes. Le stress, le surmenage, la surconsommation, nous ont fait oublier qui nous sommes. Nous nous croyons obligés de courir après le temps, pour un jour, peut-être, en avoir enfin pour nous. Mais en ralentissant, on comprend que tout cela n’est qu’une farce. Et l’on comprend qui on est vraiment. Le reste n’a pas d’importance.

Les fous peuvent courir après le temps, il y aura toujours des gens encore plus fous pour ralentir pour le rattraper.

 

Autre chose à ajouter ?

Je suis heureuse. Même si ce n’est pas facile tous les jours, écrire me faire du bien. Comme dis mon médecin, très sérieusement et avec une méchanceté ironique, « ha oui, ces nouvelles thérapies ». Aujourd’hui ca me fait rire. Bien sûr que l’écriture ce n’est pas sérieux ! Mais cela m’aide à poser mes idées, à chercher le mot juste, l’expression exacte. Ce blog me nourrit, il me pousse à rester curieuse et à vous raconter la vie comme je la vois. Je suis comme une enfant. Grace à mes lecteurs, j’ose enfin être moi !

Et puis, sans ce blog on ne se serait peut etre jamais retrouvées ! Ca aurait été dommage. Jamais je n’aurais pu découvrir que les poules et les poulpes parlaient le même language ! Même si les dialectes importent peu, et que seuls comptent les regards que l’on porte sur le monde, je suis contente de pouvoir partager cela. Toi avec ta plume, moi avec mon encre. J’espère que l’on pourra encore raconter nos histoires pendant longtemps encore !

Quand Poulattitude interviewe Poulpstory ...

 

Sur cette note "coeur-coeur-love", je vous laisse filer... vers son blog :) Vous ne le regretterez pas !

 

 

Images tirées du blog Poulpstory

Publié dans Réflexions

Commenter cet article

Fr@nk 25/11/2015 14:58

Je confirme que rien que le titre fait envie ! J y ai d ailleurs cliqué dessus en voyant un commenraire chez toi ! Je le zieute au travers des flux rss ;)

Poulpy 26/11/2015 08:09

mais c'est incroyable ces gens hyper modernes! il faut que je vous présente ma copine Camille, elle aussi est avant-gardiste... j'ai cru, jusqu'à ce jour, qu'elle était la seule à connaître le secret du flux RSS.. ;)

poulattitude 25/11/2015 16:55

Ah oui ? :) ohlala les flux rss, c'est trop moderne pour moi ;)

Poulpy 24/11/2015 20:45

merci! mais que tu es rapide! ;)

poulattitude 24/11/2015 22:07

J ai profité des quelques minutes que j avais ;)