Discrétion de rigueur

Publié le par Poulattitude

Non mais quelle blague lorsque l’on nous demande de vendre notre plus profonde tare sous couvert de « discrétion », alors qu’on est purement et simplement timide.

Discret, ce n’est pas une qualité, ce devrait être la normalité. Quoique… au milieu du brouhaha de personne qui parlent fort, et parfois même s’écoutent parler, la discrétion est une valeur qui se perd.


 

La timidité, elle, est un vilain défaut. Disons qu’au moins, un timide ne dérangera pas les gens pour rien, ça c’est sûr. Un timide essaiera de régler les soucis seul avant de déranger quiconque. S’il réussit, il le gardera pour lui : le show-off c’est pour les autres, même si un petit peu de reconnaissance ne lui ferait pas de mal.

C’est donc, je disais, un vilain défaut, car le timide est quelqu’un soit de transparent, soit perçu à l’inverse de ce qu’il est : une personne qui méprise ses pairs. Quoi qu’il fasse, le timide obtiendra toujours un mauvais retour.


 

Si, comme beaucoup de timides, il choisit l’option de la normalité : se fondre parmi les autres pour être comme les autres, il n’en devient que plus transparent. On ne le voit pas, ou, si on l’aperçoit brièvement, on se demande quel est ce triste personnage.

Triste, le timide ? Laissez-moi rire ! Le timide est une espèce naturellement gaie, comme le pinson. Ou, du moins, pas plus triste qu’un autre.


 

S’il choisit d’afficher sa bonne humeur : vêtements colorés, coupes détonnantes, il passe pour un artiste, « artiste » dans le genre « celui qui se la raconte » puisque l’artiste, par définition, se doit d’être volubile.


 

Et quand il essaie de se dé-timidiser par la force, il apparaît soudainement là, au milieu de la foule, tel un fantôme effrayant, une vision qu’on essaie d’oublier au plus vite.

 


 

Alors, le timide se réfugie au plus profond de ses pensées, ignore le monde qui l’entoure, et rêve de grands espaces et de liberté.

 

http://farm8.staticflickr.com/7338/9931616566_b2a34fec18.jpg

Publié dans Réflexions

Commenter cet article