Viviane P. - 4/6

Publié le par Poulattitude

voir la partie 1

voir la partie 2

voir la partie 3

 

Viviane dépérit à Reims. Pour cause : pas assez de tohu-bohu. 

 

 

Elle commence par arriver au travail le matin sans l’entrain qui la caractérisait, puis elle renonce aux décolletés vertigineux et insulte presque son chef, le fameux Robert Francion, en venant le saluer avec un pull à col roulé. Tout le monde constate le changement radical de la petite nouvelle, et tous les jours, une remarque l’enfonce encore plus dans la matière grise de son cerveau droit : « T’as pas bonne mine, t’es malade ? », « Oh bah dis-donc, la Viviane , elle a pris un coup de vieux. »

 

La secrétaire de dix-neuf ans la comprend : elle vient de Meaux, c’est presque Paris, et puis c’est elle qui lui a piqué son amant. Pour empêcher Viviane de souffrir de sa solitude, elle lui propose un petit chaton : la chatte d’une amie de sa mère vient de mettre bas.

Viviane refuse : qu’est-ce que croit cette gamine ? Un chat, c’est dégoûtant ! Elle le voit déjà appliquer ses pattes sales sur ses draps blancs en satin comme des tampons crasseux, casser son vase en porcelaine de Chine, empuantir la cuisine avec sa litière... Pas question ! Mais que croit cette idiote de gamine ?

 

Pendant quelques instants, son cerveau gauche a repris le dessus. Elle se sent ragaillardie

.

La petite secrétaire repart, penaude. Ce n’était pas la peine de l’enguirlander comme du poisson pourri, se dit-elle. Pourri, pourri, c’est Viviane la vieille, pas elle. Viviane avec sa peau fripée, Viviane avec ses cernes à peine masqués par l’épaisse couche de fond de teint, Viviane qui ressemble à un masque chinois tant elle se maquille.

 

 

A peine arrivée chez elle, au milieu du silence de la télé allumée, le cerveau droit de Viviane recommence à la triturer sérieusement. Elle se sent, cette fois, en plus d’inutile, mauvaise. De sa faute, on va noyer les sept petits chatons dont personne ne veut. Et pourtant, elle aurait bien assez de place pour les accueillir. Mais son vase ? Son canapé ? Ses draps ?

 

Voir la suite...

 

Publié dans Réflexions

Commenter cet article