Viviane P. - 6/6

Publié le par Poulattitude

Voir la partie 1

Voir la partie 2

Voir la partie 3

Voir la partie 4

Voir la partie 5

 

Viviane-et-ses-chats, Viviane-la-mémère est heureuse. 

 

 

Au fur et à mesure que sa maison s’emplit de chats gros, maigres, roux, blancs, noirs ou indéterminés, mâles ou femelles, Viviane se met à parler aux gens, aux secrétaires comme elle d’abord, puis aux sous-fifres et enfin elle adresse la parole aux femmes de ménage et à toute cette multitude de personnes invisibles auparavant.

 

« Ce qu’elle est simple ! » s’exclament ces dernières quand elles apprennent que Viviane est l’attachée de presse de Robert Francion, et elles vont le répéter à leurs amiesconcierges, caissières chez Cora et autres chômeuses longue durée. Robert Francion acquiert ainsi via son attachée de presse une réputation d’homme simple. Alors il se fait élire maire de Reims, à sa grande surprise.

Rob veut en profiter pour faire table rase de toutes ces femmes vieillissantes autour de lui : il demande conseil à la petite secrétaire, Alyson. Manque de chance, Alyson s’est liée d’amitié avec Viviane, et elle est plus maline que tout ce qu’elle a bien voulu lui faire croire jusqu’alors. Après un puissant monologue, devant lequel le député d’habitude si loquace reste coi, Alyson part en claquant la porte. Elle l’a dit : cette Viviane est peut-être fripée comme une pomme, mais c’est bien grâce à elle si Rob a été élu, elle est la clé de voûte de son parti à Reims.

 

Robert Francion tombe des nues, en une fraction de secondes, il devient même tellement reconnaissant envers Viviane qu’il hésite à la demander en mariage, là, tout de suite, en direct. Il retombe vite sur terre : il est déjà marié, purée, il l’avait oubliée, celle-là… Je le vois se parler tout seul, je suis caché derrière la porte et je retiens les gloussements de rire qui remontent de mon ventre comme un hoquet  indomptable.

 

Il se demande maintenant ce qui pourrait faire plaisir à Viviane pour la remercier, elle le mérite, n’est-ce pas ?

Auparavant, il lui aurait offert une belle robe, des bijoux, un pendentif qui lui aurait permis de plonger son regard plus profondément dans son décolleté… tout était plus facile alors…

 

Mais Viviane-et-ses-chats, ce n’est plus la même Viviane et, bien qu’il ne connaisse même pas l’existence des chats de Viviane, il a perçu le changement. Pas dur, me direz-vous, ça crève les yeux.

 

Il se turlupine le cerveau gauche, l’insensible, le seul qu’il possède à vrai dire. Nulle idée ne surgit. Si, une : il n’aura qu’à lui demander ce qu’elle veut.

 

 

Le lendemain, Robert Francion se pavane comme un coq au milieu de sa basse cour et profite de sa nouvelle fonction de maire pour se dandiner et faire glousser les jeunes filles. Il a déjà oublié Viviane et sa récompense. Finalement, cela vaut mieux : qu’aurait-elle pu lui demander ? Viviane n’a plus besoin de rien, c’est une femme comblée : le concierge de son immeuble vient de la demander en mariage, chez lui il a plus de quinze corniauds plus ou moins hargneux qui ne demandent qu’à courser tous les chats de Viviane.

Viviane est au paradis : le nirvana du tohu-bohu complet l’accueille les bras ouverts...

 

Publié dans Réflexions

Commenter cet article